Idées de la Tripartition sociale

Comprendre les idéaux de Liberté, Égalité et Fraternité pour les réaliser

Principes de la Tripartition sociale

 

Les mots font référence à un sens, à une Idée. Souvent cependant elle n´est pas facilement accessible: c´est le cas des Idées portées par les mots “Liberté”, “Égalité” et “Fraternité”.  Depuis la Révolution de 1789 ces trois grands principes ont enthousiasmé bien des cœurs, constituent toujours la pierre de fondation de la République, sont écrits ainsi sur toutes les frontons des mairies et autres bâtiments officiels, et cependant ils restent essentiellement abstraits, incompris et leur application reste largement inachevée. De cette non-compréhension sont en fait issus les grands désordres sociaux du passé et du présent.

Représentation schématique de la Tripartition sociale

Représentation schématique de la Tripartition sociale

 

Tout l´intérêt de la Tripartition sociale1 est d´éclairer ces trois idéaux en proposant une nouvelle compréhension des éléments  fondamentaux de la société.

Ce principe directeur d’organisation de la société a été présenté en 1919 par Rudolf Steiner, fondateur de l´anthroposophie. Dans l´instabilité de l´Allemagne après la chute de l´Empire, ce principe éveilla un intérêt important mais son implantation échoua. Jusqu´à aujourd´hui ces principes continuent à être intensément  étudiés et sont la base de certaines réalisations sociales.

La tripartition sociale décrit la structure d’une société en trois sous-systèmes autogérés et autonomes l’un par rapport à l’autre:

  • la vie spirituelle (dans un sens large) : elle comprend toutes les activités de l´esprit humain (éducation, science, art, religion, littérature, presse…).
  • la vie du Droit : elle comprend les lois, les règles et les accords au sein de la société.
  • la vie économique : elle comprend la production, le commerce et la consommation des biens et des services.

Chacun de ces trois domaines de la vie sociale doit être “… centralisé sur lui-même ; c’est seulement par leurs interactions et leurs activités en accord que se forme l’unité de l’organisme social en entier. »

Ces domaines sont différents dans leur essence. Il est associé à chacun un principe directeur qui correspond à un idéal de la Révolution française:

  • la Liberté pour la vie spirituelle,
  • l’Égalité pour la vie du Droit,
  • la Fraternité pour la vie économique.

 

La Liberté dans la vie spirituelle

La Liberté dans la vie spirituelle est nécessaire pour que les hommes forment et exercent leurs capacités individuelles. Cette liberté ne peut que se développer dans une structure autonome, dans laquelle la vie culturelle et spirituelle reste indépendante des intérêts de l’État et des forces économiques. Rudolf Steiner expliquait la faible influence de la vie spirituelle « par sa dépendance envers la puissance étatique et la puissance des forces capitalistes associées. »2 Aujourd´hui, c´est toujours le cas: par exemple la recherche scientifique, l´École ou bien les médias sont aujourd´hui essentiellement gérés selon les intérêts de l´Etat ou des forces économiques.

La base de la liberté doit donc être cette autonomie : « La vie spirituelle ne peut développer ses forces, que si elle est de nouveau séparée de la vie de l’État, si elle se débrouille seule. Ce qui fait partie de la vie spirituelle, en particulier l’éducation, doit être autogéré, depuis le sommet de la vie spirituelle jusqu’aux toute premières classes de l’école. »3

 

La vie du Droit

L’Égalité dans la vie du Droit est inscrite dans la Déclaration des Droits de l´Homme de 1789 : “Les hommes naissent et demeurent […] égaux en droits”  (Article premier). Ce principe doit donc assurer les droits et les devoirs de chacun. Pour Steiner la démocratie représente l’un des défis les plus fondamentaux de la société actuelle : « le principe démocratique issu des profondeurs de la nature humaine est devenu la signature des aspirations humaines en ce qui concerne les relations sociales. C’est une exigence élémentaire de la nouvelle humanité. »4

L´Etat doit avoir pour seule fonction l´élaboration et l´application des lois et non pas, comme aujourd´hui, être partie prenante directement dans l´économie ou dans l´éducation notamment. Le champ des lois doit également être limité: il faut que les citoyens puissent avoir un avis à leur sujet. Les thèmes donc spécifiques et techniques propres à des domaines économiques ou spirituels doivent donc être directement gérés par ceux-ci.

 

La vie économique

La Fraternité dans la vie économique doit permettre la formation de prix justes et un partage équitable des biens. Elle doit essentiellement se baser sur des associations librement organisées entre consommateurs, commerçants et producteurs.

C´est le domaine au sujet duquel Rudolf Steiner s´est le plus exprimé, présentant des idées novatrices sur une nouvelle compréhension du capital, de la propriété ou encore du travail humain. Notamment il a donné les termes de la loi sociale fondamentale : « Le vrai bonheur d’un ensemble d’hommes travaillant en commun, est d’autant plus grand qu’est réduit le profit personnel que chacun peut tirer de son travail, c’est à dire qu’il cède de son profit à la communauté, et que ses besoins sont assurés non par son propre travail mais par celui des autres membres de la collectivité. »5

 

Le sens des trois idéaux Liberté, Égalité et Fraternité est donc défini : ils sont les principes directeurs des trois domaines sociaux que sont la vie spirituelle, la vie du Droit et la vie économique. L´application concrète de ces principes est propre à la société elle-même. Il ne s´agit donc pas d´une idéologie, mais d´une image directrice. Le point essentiel est l´autonomie des trois sphères de la société  et le respect des trois idéaux Liberté, Égalité et Fraternité.

 


  1. encore appelé triarticulation sociale, de l’allemand Dreigliederung des sozialen Organismus ou soziale Dreigliederung 

  2. Steiner, Gedankenfreiheit und soziale Kräfte, Dornach 1986, page 14. 

  3. Steiner, op. cit., Dornach 1986, pages 14/15 

  4. Steiner, Soziale Zukunft, Dornach 1981, pages 85 et suivantes. 

  5. Steiner, Lucifer – Gnosis (GA 34), Dornach 1987  

Comments

  1. Sonia Homrich
    23 October 2016 - 14 h 26 min

    Merci, thank you for your site. I share the same RS’s ideas since 1970! Or more! I have several articles in my blogs under the title TRIPOLAR in several languages.Many thanks

Leave a Reply

Your email address will not be published / Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>